mickael_simon

Question 1 : quelle est ton activité dans le Tennis de Table (le passé)?
J’ai été pendant 7 ans à l’INSEP jusqu’en 2013. Les 2 premières années j’étais observateur (pendant mes études en préparation physique) puis je suis devenu au fil des années préparateur physique du pôle au côté de Franck METAIS (après avoir donné un coup de main dans une multitude de secteurs : relanceur, aide pour les cours pendant les stages, surveillant à l’internat, aide pendant les séances de panier de balles, chauffeur…).

Aujourd’hui je fais la même chose mais en Allemagne et au Brésil.

 

Question 2 : quelle vision as-tu de manière générale du Tennis de Table en France aujourd’hui ?

C’est un sport génial mais tellement difficile et complexe qu’il est parfois mal compris du grand public et qui peut parfois avoir une connotation négative (le « ping pong » Vs le tennis de table). Pourtant autour d’une table de ping, quelque soit l’endroit et l’occasion, les gens s’éclatent !

Concernant le haut niveau : Le Tennis de Table français progresse doucement (il y a plus de joueurs qui se rapprochent de la 100ème place mondiale et qui même maintenant la dépassent) mais j’ai l’impression de voir un certain essoufflement de la part des jeunes avant d’entrer dans le véritable haut niveau international.

Maintenant que j’ai une expérience internationale je me rends compte que malgré toutes les qualités que le système fédéral français propose il faut que le joueur y adhère pleinement et soit surtout acteur et moteur de son propre projet (il ne faut pas qu’il soit sans arrêt tiré, il faut façonner le joueur et pas le tenir par la main continuellement). Je suis un peu dur dans mes propos, mais quand je vois des joueurs étrangers avec moins de talent que nos jeunes français et avec beaucoup moins de moyens humains et financier autour d’eux y arriver, je me dis que la France passe à côté de quelque chose …

Certains commencent à vouloir emprunter des chemins différents de celui proposé par la FFTT. Il y en a quelques uns qui se donnent une chance d’y arriver à l’étranger ou dans l’hexagone (comme à Villeneuve), il faut les encourager et pousser chacun à trouver sa voie (et même s’ils se trompent parfois ce n’est pas grave, il est toujours possible de changer ou de revenir en arrière ; et puis pour moi, faire une erreur est source d’apprentissage, par contre si on n’essaie pas on ne saura jamais si ça aurait pu marcher ou pas.

Les temps changent, je pense qu’il est essentiel de trouver sa propre voie tout en se faisant accompagner et encourager ; à mon sens l’INSEP devrait évoluer en devenant une structure de suivi à distance et de regroupements occasionnels ou, comme le pôle basket, une structure pour les espoirs avant qu’ils ne choisissent leur propre voie ou peut être les deux à la fois….

Concernant le développement : il y a de plus en plus de communication et une utilisation de tous les réseaux sociaux, mais j’ai l’impression qu’on communique surtout entre nous, entre pongistes….

On reste toujours sous cette barre des 200 000 licenciés, je suis sûr qu’il y a tout un secteur à explorer et nos habitudes à changer pour toucher un public plus large.

Concernant la formation : Je trouve que les nouveaux diplômes d’Etat sont plus complets (temps alloué et contenus) ce qui dans la formation des futurs entraîneurs est plus qu’indispensable.

Peut être que des formations / séminaires sur des thèmes bien spécifiques pourraient être encore plus développés.

Concernant le secteur qui me touche le plus : la préparation physique ; je ressens un réel engouement et intérêt de la part des entraineurs de club et de pôle, mais les directives qui devraient venir du haut de la pyramide fédérale restent très timides. Concernant les joueurs de haut niveau malheureusement je ne vois pas une grande évolution dans ce secteur.

Question 3 : quel regard portes-tu sur la Fédération aujourd’hui ?

Je vais essayer de rester objectif, car malheureusement avec tout ce qui s’est passé ce n’est pas évident… A l’heure actuelle je ne la vois pas comme une source de progrès dans le travail mais comme un monde où les qualités professionnelles et les valeurs de travail ne sont plus prioritaires.

Je ne vois pas malheureusement de réelles adaptations à l’évolution de notre sport, voire même une régression dans le secteur du haut niveau. Par contre sur le plan de la communication et de la formation de nettes améliorations sont mises en place.

Question 4 : qu’est-ce que t’inspire l’Equipe de France aujourd’hui ? Filles et garçons ?

Concernant les filles : j’avoue ne pas suivre énormément les résultats (je regarde juste les résultats individuels de mes amies) car je ne vois pas ou ne comprends pas le projet de la DTN ; j’ai l’impression qu’on veut écarter les joueuses d’origine asiatique pour laisser la place aux jeunes, mais qu’en même temps on se sert quand même de ces joueuses là pour avoir des résultats… Je pense qu’il faut choisir puis garder une ligne directrice pour construire quelque chose.

Concernant les garçons : L’équipe est jeune et commence à devenir compétitive pour prétendre une médaille à chaque compétition européenne, mais malheureusement cette équipe n’est portée que par 2 joueurs (Emmanuel LEBESSON et Simon GAUZY).

Cette équipe m’inspire un bel avenir mais il faut se dépêcher d’aider les 4-5 joueurs derrières les 2 titulaires pour que cette équipe soit performante dès le début de la prochaine l’olympiade.

Question 5 : A ton avis, quel projet d’envergure faudrait-il lancer pour servir le développement de l’activité ?

Pour développer l’activité, il faut bien sûr avoir une belle vitrine qui gagne des médailles, j’en ai déjà longuement parlé plus haut.

Il faudrait aussi pour moi créer un spectacle autour du ping pour attirer un autre public que les puristes. Il faudrait peut être créer un show, une ambiance autour de nos matchs parfois un peu trop monotones ; mais pas qu’autour seulement, je trouve que les arbitres ne laissent pas assez s’exprimer les joueurs, s’ils pouvaient exprimer un peu plus leurs émotions voir même leur agressivité (contrôlées bien sur) l’ambiance dans les salles ne pourrait qu’être plus prenante… Ambiance peut être aussi à déplacer du mardi soir au weekend pour attirer plus de gens (comme à l’étranger).

Mikael SIMON

Facebooktwittergoogle_pluslinkedinmail
Aller à la barre d’outils